Acides aminés et protéines - Brique de construction de protéines, les acides aminés sont au nombre de 20. 12 types d'acides aminés peuvent être synthétisés par l'organisme

.
Accueil / Potages et soupes / Les salades / Les entrées / Poissons et crustacés / Les viandes / Légumes et garnitures / Les desserts
 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Les acides aminés

Pour fabriquer les protéines, la cellule utilise des molécules qu'elle accroche les unes aux autres : ce sont les acides aminés. Il existe 20 acides aminés naturels. Le corps humain sait en fabriquer 11 et l'alimentation nous apporte les 9 autres : lors de la digestion, ils sont récupérés grâce à la décomposition des protéines (animales ou végétales) contenues dans les aliments.

Les acides aminés servent à fabriquer les protéines dans les cellules. Pour cela, chaque acide aminé est "codé" dans le code génétique (sur l' ADN ou l' ARNm ) par un triplet d'unités de base appelé codon . Chaque gène , qui est une chaîne de codons, est le "plan de fabrication" d'une protéine, qui est une chaîne d'acides aminés. L'assemblage des acides aminés en protéines se fait sur les ribosomes . Au cours du métabolisme , les acides aminés sont aussi transformés en d'autres substances. Certaines maladies génétiques entraînent l'accumulation d'un des acides aminés : par exemple dans la phénylcétonurie, un acide aminé (la phénylalanine) s'accumule dans le cerveau et provoque des lésions irréversibles.



Une protéine est une macromolécule présente chez tous les êtres vivants. Indispensables à la vie de la cellule et de l'organisme tout entier, les protéines sont fabriquées par nos cellules à partir de l' ADN et grâce au code génétique . De celles qui constituent nos cheveux (la kératine) à celles qui nous défendent contre les microbes (les anticorps), les protéines ont des fonctions très variées
Les protéines sont formées de l’enchaînement de molécules beaucoup plus petites, les acides aminés . Certaines protéines en comptent quelques dizaines, d'autres plusieurs milliers. Chaque protéine a une structure particulière, qui dépend de l'ordre des acides aminés et de la façon dont leur chaîne se replie dans l'espace. La forme des protéines est étroitement liée à leur fonction : fonction de structure (kératine des ongles et des cheveux, collagène de la peau, …) ; fonction de transport (hémoglobine qui transporte l’oxygène dans le sang,..) ; fonction de défense contre des micro-organismes (anticorps) ; fonctions hormonales (insuline, adrénaline,…) ; fonction d'activation des réactions chimiques des cellules ( enzymes ), etc…

La cellule est l’unité de base de tous les organismes vivants. Un organisme vivant peut être fait d' une seule cellule : c’est le cas des bactéries mais aussi de certains animaux et végétaux. Un homme de taille moyenne en contient de 60 000 à 100 000 milliards. La cellule se nourrit, produit de l'énergie, échange des informations avec son entourage, se multiplie et meurt au bout d'un certain temps.
Les organismes vivants sont dits eucaryotes quand leurs cellules possèdent un noyau et procaryotes quand elles n’en possèdent pas. Le premier groupe contient les animaux (dont l'homme), les végétaux, les champignons et certains organismes unicellulaires (levures par exemple). Leurs cellules se présentent comme de petits sacs, délimités par une membrane , avec en leur cœur un noyau qui contient l’ ADN et qui contrôle toute l’activité de la cellule. Autour du noyau, une sorte de gelée, le cytoplasme , contient les éléments indispensables à la vie de la cellule (dont les ribosomes et les mitochondries ). Les organismes procaryotes (sans noyau), comprenant les bactéries, sont unicellulaires. Leur ADN est répandu dans toute la cellule, qui ne contient pas tous les organites des cellules eucaryotes.

Une molécule est un assemblage d'atomes disposés toujours selon la même architecture. Les molécules sont la base de la matière, vivante ou non. La plupart des molécules du vivant, comme l' ADN ou les protéines , sont de grosses molécules (des macromolécules ) mais ne diffèrent pas, dans leur principe, des molécules de la matière inerte.
Le concept de molécule est étroitement lié à celui de corps pur, corps constitué d’une seule espèce de molécules. Si le nombre d’atomes naturels constituant l’univers est limité à 92, les multiples possibilités de leurs combinaisons donnent un nombre colossal de molécules possibles. Les molécules du vivant sont des molécules complexes principalement composées d’atomes de carbone, d’hydrogène, d’oxygène d’azote et de soufre. Elles sont constituées de quelques atomes à plusieurs millions d’atomes et leur variété a permis d’élaborer le fonctionnement complexe des êtres vivants. Les propriétés chimiques d’une molécule dépendent des atomes qui la composent mais aussi de son architecture.minceur

Le code génétique est un système de correspondance qui permet à la cellule de fabriquer des protéines à partir de son nucléotides , en acides aminés . Par exemple, AAT de l’ADN correspond à l'acide aminé "leucine". Le code génétique est universel : chez tous les êtres vivants, un même triplet de nucléotides correspond à un même acide aminé.
minceur
Plusieurs groupes de 3 nucléotides peuvent "coder" pour un même acide aminé . Cette redondance du code génétique est précieuse : si, de façon spontanée ou sous l'effet de causes extérieures (radiations, agents chimiques…), une séquence AAT est devenue AAC (transcrites UUA et UUG sur l’ ARN m), il n’y a aucune conséquence sur l’organisme, car ces deux codons correspondent au même acide aminé (la leucine). Mais d’autres mutations de l’ADN peuvent conduire à des erreurs dans la protéine, qui se met à dysfonctionner, entraînant des conséquences allant jusqu’au cancer . Le génie génétique utilise l'universalité du code génétique pour faire produire des protéines humaines à des bactéries , en leur injectant la séquence d'ADN codant pour cette protéine.

L'ADN est une macromolécule présente dans les cellules de tous les êtres vivants. Quand les cellules se divisent, cet ADN se reproduit à l'identique : toutes les cellules d'un individu contiennent le même ADN, c'est ce qui fait l'identité de l'individu. Un gène est un morceau d'ADN.
Chez les animaux et les végétaux, l'ADN (pour Acide DésoxyriboNucléique) se trouve dans le noyau des cellules. C'est lui qui contient toute l'information nécessaire au bon fonctionnement de la cellule. L'ADN est formé de deux brins enroulés en hélice. Chaque brin est constitué de l’enchaînement de nucléotides qui diffèrent par une de leurs molécules , qu’on appelle " base ". Il existe 4 bases différentes : adénine (A), thymine (T), guanine (G) et cytosine (C). Elles maintiennent ensemble les 2 brins de l’ADN (A d’un brin "s’associe" toujours avec T sur l’autre brin, et C toujours avec G). Lors de la division cellulaire , il arrive que des mutations aux conséquences parfois graves apparaissent dans les bases de l’ADN des nouvelles cellules. La thérapie génique permet d'espérer les corriger.

Une hormone est une molécule produite par une glande ou un tissu. Généralement transportée par le sang, elle agit sur un organe ou sur un autre tissu situés à distance. Par exemple, le pancréas produit l'insuline qui régule le taux de sucre dans l'organisme. Les hormones sont de véritables "messagers" qui, avec le système nerveux, coordonnent l’activité des milliards de cellules du corps humain. achat produit minceur
Lorsqu'elles atteignent leurs cibles, les hormones agissent sur des récepteurs qui leur sont spécifiques. Chacune déclenche alors une action qui lui est propre (cette action peut aussi être le déclenchement de la production hormonale d’une autre glande). Les hormones ont des rôles variés : hormones sexuelles ; hormone de croissance ; insuline (provoquant la consommation du sucre contenu dans le sang) ; hormones permettant la purification du sang, le contrôle de la quantité d’eau dans notre organisme…Certaines sont directement libérées dans la circulation sanguine dès leur production, d'autres sont libérées par des canaux à la surface du corps (hormones des glandes sudoripares, par ex.). On sait aujourd’hui "fabriquer" des hormones dites de synthèse (insuline, hormone de croissance, DHEA…).minceur

Pour communiquer, une cellule envoie des messagers chimiques ( protéine ) ou physiques (signal électrique). Ces messagers sont reconnus par des relais de communication (les récepteurs) situés dans d'autres cellules ou sur leur membrane . Ces relais transmettent le message reçu, qui déclenche une réaction spécifique dans l’organisme (sécrétion d’une hormone , par exemple).
Un récepteur peut être une protéine, une fibre nerveuse… Les récepteurs ont des natures différentes, adaptées aux messagers qu’ils reçoivent. Les récepteurs de l’œil, par exemple, sont spécifiques à la lumière. Lorsque le récepteur reçoit un messager, il transmet l’information reçue en envoyant un autre messager : la lumière reçue par les récepteurs de l’œil est transformée en signal électrique qui est transporté jusqu’au cerveau. Certaines protéines réceptrices modifiées à la suite d'une mutation sont impliquées dans certains cancers . Ainsi lorsque le récepteur du facteur de croissance épidermique (qui stimule la prolifération des cellules) est modifié, il stimule la multiplication des cellules même en l'absence du facteur de croissance. La multiplication cellulaire est alors incontrôlée.

Les enzymes sont des protéines présentes dans les cellules de tous les êtres vivants. Elles ont pour fonction de faciliter les réactions chimiques qui s'y produisent naturellement. Par exemple, lors de la digestion, ce sont des enzymes qui accélèrent la décomposition.

Une enzyme agit en attirant une ou plusieurs molécules , les substrats, qui réagissent les uns avec les autres pour former d'autres molécules, les produits. Par exemple, l’amylase, une enzyme contenue dans la salive, découpe l’amidon - un sucre présent dans les céréales, par exemple - en sucres plus simples. Après d’autres étapes de digestion dans l'intestin, on obtient du glucose qui fournit de l’énergie à l'organisme. Sans l’aide des enzymes, les réactions chimiques n’auraient pas lieu chez les êtres vivants (ou très peu) et la vie ne pourrait pas exister. On dit que l'enzyme joue un rôle de catalyseur. Il existe un très grand nombre d’enzymes différentes, mais chacune ne correspond qu’à une seule molécule (comme une serrure correspond à une seule clé) et à une seule sorte de réaction.

Le code génétique est un système de correspondance qui permet à la cellule de fabriquer des protéines à partir de son nucléotides , en acides aminés . Par exemple, AAT de l’ADN correspond à l'acide aminé "leucine". Le code génétique est universel : chez tous les êtres vivants, un même triplet de nucléotides correspond à un même acide aminé.

Plusieurs groupes de 3 nucléotides peuvent "coder" pour un même acide aminé . Cette redondance du code génétique est précieuse : si, de façon spontanée ou sous l'effet de causes extérieures (radiations, agents chimiques…), une séquence AAT est devenue AAC (transcrites UUA et UUG sur l’ ARN m), il n’y a aucune conséquence sur l’organisme, car ces deux codons correspondent au même acide aminé (la leucine). Mais d’autres mutations de l’ADN peuvent conduire à des erreurs dans la protéine, qui se met à dysfonctionner, entraînant des conséquences allant jusqu’au cancer . Le génie génétique utilise l'universalité du code génétique pour faire produire des protéines humaines à des bactéries , en leur injectant la séquence d'ADN codant pour cette protéine.

Chez une personne en bonne santé, le nombre de cellules et leur spécialisation est contrôlé par l’organisme. Chez une personne atteinte d'un cancer, les cellules malades échappent à tout contrôle, se multiplient de façon anarchique et perdent leur spécificité. Dans certains cas, elles peuvent migrer vers d’autres endroits de l’organisme et continuer à s'y développer (on parle de métastase).
Les cancers ont pour origine une accumulation d’anomalies génétiques (ou mutations ) au sein d’une cellule. Leurs causes sont multiples : hérédité, environnement, virus , vieillissement, habitudes personnelles, etc…Même si aujourd’hui les traitements existants (médicaments, rayons X, chirurgie) sont plus efficaces que par le passé, ils restent agressifs et ont de nombreux effets secondaires. Par exemple, ils ne visent pas spécifiquement les cellules cancéreuses et tuent également des cellules saines. La thérapie génique , l’immunothérapie (qui consiste à stimuler les défenses naturelles), ainsi que la vectorisation sont aujourd’hui porteuses d’espoir. Dans un futur plus lointain, des nanorobots "injectés" dans le corps devraient être capables de tuer spécifiquement les cellules cancéreuses.

Une mutation est une modification de la séquence d’ bases " de l’ADN aux perles d’un collier, une mutation ponctuelle peut être l’altération d’une perle, le remplacement d’une perle par une perle d’un autre type, l’insertion ou la suppression d’une perle.
Les mutations peuvent être dues à des agents extérieurs (UV, agents chimiques…) ou à un défaut de copie de l’ADN, lors de la division cellulaire , que la cellule n’a pas détecté ou que ses mécanismes de réparation n’ont pas pu réparer. Elles peuvent survenir au niveau d’un gène , ou des séquences qui régulent son expression ou encore ailleurs dans l’ADN. Certaines mutations affectant un gène peuvent, grâce à la redondance du code génétique , n’avoir aucune conséquence. D’autres entraîneront une modification (structure, fonction…) de la protéine "codée" par le gène, voire l'absence de la protéine. Les altérations produites par les mutations se transmettent des cellules mères aux cellules filles. Si elles se produisent dans des cellules sexuelles, elles se transmettent des parents aux enfants.minceur

Un gène est un "morceau" de l’ ADN contenu dans le noyau de nos cellules et qui porte le plan de fabrication d’une protéine . Les gènes sont porteurs des informations relatives aux caractéristiques d’un individu (couleur des yeux par exemple). L'homme possède environ 30 000 gènes, ce qui ne représente que 5% de tout son ADN. Certaines espèces animales et végétales ont plus de gènes que l'homme.
Chaque gène existe en deux exemplaires (les allèles ), est localisé à un endroit précis sur nos chromosomes et est délimité aux extrémités par des codons particuliers. Toutes nos cellules ont les mêmes gènes mais, selon la cellule, les uns s’expriment, les autres sont "silencieux". Ainsi les gènes codant pour les protéines de nos cheveux s’expriment dans les cellules des cheveux mais pas dans celles du foie. L’expression d’un gène est régulée par des séquences situées, le long de l’ADN, de part et d’autre du gène. Un même gène peut coder pour plusieurs protéines ; inversement, une protéine, lorsqu’elle est faite de plusieurs polypeptides , est codée par plusieurs gènes. Si les défauts de certains gènes sont clairement la cause de maladies génétiques , l’homme ne peut se résumer à ses gènes.

Acide aminé
Un acide aminé est une molécule organique possédant un squelette carboné et deux groupes fonctionnels : une amine (-NH2) et un acide carboxylique (-COOH). Les atomes de carbone de la chaîne carbonée sont ordonnés par rapport au groupe carboxyle et nommés par une lettre grecque : l'atome de carbone directement lié au groupe carboxyle est le carbone a, et si le groupe amine est aussi sur ce carbone, on a affaire à un acide carboxylique aminé en position a, autrement dit un acide a-aminé. Par exemple,la lysine est un acide a-aminé portant un deuxième groupe aminé en position.
Il existe plus de 100 acides a-aminés présent dans la nature, certains on été découverts sur des météorites, notament les condrites carbonés. Seul vingt de ces acides a-aminés sont utilisés par le règne vivant : ils sont les "maillons" qui constituent les protéines. Celles-ci sont comparables à des "colliers" constitués de cent à plusieurs milliers de ces "perles", reliées de manière covalente au moyen de fonctions amide (liaison peptidique). Si le nombre d'acides aminés est inférieur à 20, on parle de peptide, et de 20 à 100 de polypeptide.minceur
ACHAT PRODUIT MINCEUR
Isomérie
Excepté pour la glycine, où R = H, les acides aminés existent sous la forme de deux stéréoisomères possibles, appelés D et L. Les acides aminés L représentent la grande majorité des acides aminés qui se trouvent dans les protéines. Les acides aminés D se rencontrent dans certaines protéines produites par des organismes exotiques au fond des océans, comme certains mollusques. Ce sont également des composants abondants des parois cellulaires des bactéries.

Métabolisme
Lorsque les protéines se décomposent dans l'intestin, les acides aminés sont "libérés" du "collier". Ainsi, elles peuvent pénétrer la paroi intestinale. Elles se mélangent par la suite à d'autres acides aminés (notamment celles provenant de protéines corporelles dégradé) pour former le "pool des acides aminés". De ce "pool" sont choisis les acides aminés dont l'organisme a besoin pour synthétiser les protéines qui lui manquent. Une fois choisis, ils sont liés dans le ribosome des cellules qui, eux, choississent l'ordre des différentes "perles" à partir de l'information détenue dans l'ADN. D'autres acides aminés du "pool" sont aussi utilisés pour produire du glucose et des acides gras. Le processus par lequel l'organisme synthétise du glucose à partir des acides aminés s'appelle la "néoglucogénèse". Il consiste tout d'abord en la suppression du groupe aminé (la partie NH2) grâce à une réaction impliquant du pyridoxine (vitamine B6). Le groupe aminé, qui est maintenant sous forme d'ammoniac (NH3) est tout de suite transformé en urée par le foie car cette substance est toxique. Le foie transforme ensuite le restant du groupe (appelé chaîne carbonée) en glucose ou en acides gras (qui sont les éléments de bases des lipides), ou aucun. Cela dépend si la chaîne carbonée est glucogénique (transformable en glucose) ou cétogénique (transformable en acides gras). Cette habilité est importante dans les cas d'une glycémie trop faible.

Acide gras
En chimie, et en particulier en biochimie, un acide gras est un acide carboxylique présentant la plupart du temps une longue queue hydrophobe pouvant être saturée ou insaturée. La plupart des acides gras naturels ont un nombre pair d'atomes de carbone, parce qu'ils sont synthétisés à partir d'acétates à deux carbones.
Dans l'industrie, les acides gras sont fabriqués par l'hydrolyse des liaisons ester de corps gras naturels (formés de triglycérides, constitués de glycérol et de trois acides gras).
On parle d'acide gras à longue chaîne pour une longueur de 14 à 22 carbones et à très longue chaîne s'il y a plus de 22 carbones.

Acides gras insaturés
Un acide gras insaturé est un acide gras qui comporte une ou plusieurs liaisons doubles carbone-carbone. On parle alors d'acide gras mono-insaturé ou d'acide gras poly-insaturé en fonction du nombre de liaisons doubles : les acides gras monoinsaturés ont une seule double liaison, les acides gras polyinsaturés ont plusieurs doubles liaisons. Les acides gras insaturés sont majoritairement d'origine végétale et sont liquides à température ambiante (comme par exemple l'huile d'olive)

Quelques acides gras insaturés
• acide palmitoléique, C16:1(9), du type Oméga-7
• acide oléique, C18:1(9), du type Oméga-9 achat
• acide vaccénique, C18:1(11), du type Oméga-7
• acide linoléique, C18:2(9,12), du type Oméga-6
• acide linolénique, C18:3(9,12,15), du type Oméga-3
• acide arachidonique, C20:4(5,8,11,14), du type Oméga-6
• acide eicosapentaénoïque ou EPA, C20:5(5,8,11,14,17), du type Oméga-3
• acide érucique, C22:1(13) a
• acide docosahexaénoique ou DHA, C22:6 , du type Oméga-3
• acide nervonique, C24:1(15), du type Oméga-9
• acide nonanonique, C9

Acides gras saturés

Un acide gras saturé est un acide gras qui ne comporte pas de liaison double carbone-carbone. Les acides gras saturés sont majoritairement d'origine animale et sont solides à température ambiante (comme par exemple le beurre).
Formule chimique.
Les acides gras saturés linéaires ont comme formule chimique : H3C-(CH2)n-COOH où n est un nombre entier positif ou nul. Certains possèdent des noms particuliers :
A
Nomenclature.
Chaque acide gras saturé possède en général plusieurs noms : achat produit minceur
• un nom commun qui rappelle souvent son origine (par exemple, l'acide formique est un produit naturel synthétisé par les fourmis)
• un nom systématique qui est très précis, mais plus compliqué. Pour les acides gras saturés linéaire, il se forme ainsi :
acide n-(radical du nombre de carbone)anoïque
:
• le radical correspond au nombre d'atomes de carbone de l'acide gras
• an indique qu'il est saturé
• oïque qu'il s'agit d'un acide gras
i
• oméga n il s'agit une notation qui indique que la première insaturation est située sur le carbone n en comptant depuis le côté non oxydé. Par exemple : eicosapentaenoique C20:5,oméga 3= 20 carbone, 5 insaturations, premiere insaturation = 17 puis de -3 en -3, soit 17,14,11,8, et 5.

Acides gras et nutrition
Consommés en excès les acides gras saturés ( présents et quantité importante dans les matières grasses d'origine animale et l'huile de palme) augmentent le taux de cholestérol sanguin et donc le risque de maladies cardio-vasculaires . Les acides gras mono-insaturés (présent notamment dans les huile d'olive et de colza) quant à eux exercent une action préventive sur les maladies cardio-vasculaires . Les acides gras-polyinsaturés (apportés par l'huile de tournesol, maïs, arachide, etc ) des séries oméga-3, oméga-6 et oméga-9 sont souvent appelés "acides gras essentiels" car l'organisme humain en a absolument besoin. Les acides gras des séries oméga-3 et oméga-6 sont qualifiés d'indispensables car l'organisme est incapable de les synthétiser et ils doivent donc obligatoirement être apportés par l'alimentation. Ces acides gras sont très importants pour l'organisme car ce sont des constituants des membranes cellulaires.

Cholestérol
Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Le cholestérol est un lipide de la famille des stérols qui joue un rôle central dans de nombreux processus biochimiques.
Le risque de maladie cardiovasculaire est majoré par un taux plasmatique élevé (hypercholestérolémie). Le cholestérol tire son nom du grec chole- (bile) et de stereos (solide), puisqu'il fut découvert sous forme solide dans les calculs biliaires.
L'étude de cette molécule a été récompensée par plus de Prix Nobel qu'aucune autre molécule.

Structure
La molécule de cholestérol comprend quatre cycles carbonés (noyau cyclo-pentano-phénanthrénique), 8 carbones asymétriques et une fonction hydroxyle. Elle est très hydrophobe avec un coefficient de solubilité de 5 micromoles. La fonction OH du cholestérol peut être estérifié par un acide gras qui rend la molécule totalement insoluble. achat produit

Formule moléculaire : C27H46O
Masse molaire : 386,65 g/mol.

Localisation

Le cholestérol est présent sous forme de stérides (cholestérol estérifié) dans la plupart des tissus des vertébrés, et en particulier le foie, le cerveau, et la moelle épinière.

Rôle
C'est un composant majeur des membranes cellulaires, qui, en s'intercalant entre les phospholipides, contribue à la fluidité des membranes.
Le cholestérol est également un précurseur de nombreuses molécules :
• la vitamine D3 qui intervient dans la calcification des os,
• les hormones stéroïdes : cortisol, cortisone, et aldostérone,
• les hormones stéroïdes sexuelles : progestérone, œstrogènes, et testostérone,
• les acides biliaires, ...

Métabolisme
- Synthèse
La synthèse du cholestérol se fait dans le cytoplasme des cellules (principalement hépatiques et intestinales) à partir de l'hydroxy-méthyl-glutaryl-CoA, provenant de la condensation de trois molécules d'acétyl CoA.
L'étape clé de la synthèse du cholestérol est la transformation de l'HMG-CoA en mévalonate par la HMG-CoA réductase. L'activité de cette enzyme est augmentée lorsque l'apport alimentaire en cholestérol est faible, et diminuée par des médicaments de la famille des statines.
L'apport en cholestérol provenant de l'alimentation (viandes, œufs, abats, produits laitiers, etc.) est bien inférieur à la quantité synthétisée par l'organisme.

- Dégradation
Le cholestérol est dégradé dans le foie par la 7-a-hydroxylase en acides biliaires (dont l'acide chénodésoxycholique).
La colestyramine, en empêchant l'absorption intestinale des acides biliaires, diminue leur concentration dans les cellules hépatiques, ce qui entraîne une activation de la 7-a-hydroxylase et augmentation la dégradation du cholestérol. achat produit minceur
N'oublions pas que le cholestérol est divisé en 2 catégories, le bon cholestérol, et le mauvais cholestérol.

Transport
Étant un composé hydrophobe, le cholestérol n'est pas soluble dans le sang.
Son transport est assuré par quatre types de lipoprotéines : achat produit minceur
• Les lipoprotéines à basse densité (ou LDL : Low Density Lipoprotein) transportent le cholestérol des lieux de sécrétion vers les cellules de l'organisme. Des taux importants de LDL conduisent généralement au dépôt de cholestérol sur les parois des artères sous forme de plaque d'athérome, ce qui accroît le risque de maladies cardiovasulaires et leur vaut le nom de "mauvais" cholestérol ;
• Les lipoprotéines à haute densité (ou HDL : High Density Lipoprotein) déchargent les artères et les tissus extrahépatiques du cholestérol, et le ramènent vers le foie où il est dégradé ; on parle alors de "bon" cholestérol ;
• Les chylomicrons ;
• Les lipoprotéines à très basse densité (ou VLDL : Very Low Densty lipoprotein) ;

Histoire
La molécule de cholestérol est découverte en 1815 par le chimiste français Eugène Chevreul (1786-1889) dans des calculs biliaires. Victor Langen (1904-2004) suppose en 1915 la corrélation entre le taux de cholestérol et l'athérosclérose. L'américain Ancel Keys démontre le lien avec l'alimentation en 1970.


Oméga-3

Le groupe d'acides gras Oméga-3, notés également ?3 sont des acide gras polyinsaturés que l'on trouve dans certains poissons, dans le lin, le chanvre, la noix et le colza (canola).

Les Oméga-3 et les Oméga-6 sont classés acides gras indispensables, c'est-à-dire que le corps ne peut les produire. Ils étaient avant appelés "Vitamine F". On les qualifie également d'essentiels, ce qui signifie que l'organisme en a besoin.

Chimie
Le terme "oméga-3" signifie que la première double liaison dans la structure carbonée de l'acide gras, en comptant à partir du côté opposé au groupe acide, occupe le troisième rang : oméga parce que l'on compte depuis la fin ([oméga]] est la dernière lettre de l'alphabet grec) et 3 parce que c'est le rang qu'occupe la double liaison.
Les principaux acides gras du groupe Oméga-3 sont :
• L'acide a-linolénique ou ?3a (18:3; ALA)
• L'acide eicosapentaénoïque (20:5; EPA)
• L'acide docosahexaénoïque (22:6; DHA)
Les deux derniers peuvent être synthétisés par l'organisme humain à partir du premier.

Les sources alimentaires d'oméga-3
• Les légumes verts à feuilles (chou, laitue...) sont particulièrement riches en oméga-3 (200 à 375 mg/100g).
• L'huile de lin contient près de 58% d'ALA mais n'est pas destinée à la consommation en tant que tel : dans la crème Budwig, par exemple, elle est mélangée aux autres aliments, ce qui lui enlève son goût âcre. Les graines de lin, employées dans l'alimentation animale, enrichissent la viande de ces derniers en oméga-3. En huiles de consommation courante, seule l'huile de colza contient un rapport entre oméga-3 et oméga-6 optimal. Les huile d'olive et de tournesol ont d'autres qualités nutritives mais sont relativement pauvres en ALA. achat oduit minceur
Le saumon sauvage en contient aussi beaucoup alors que le saumon d'élevage en contient moins. On en trouve aussi dans le thon et les sardines. Mais il faut veiller à équilibrer l'apport en oméga-3 avec l'apport en oméga-6 (rapport conseillé : 1 oméga-3 pour 5 oméga-6). achaPRODUIT MINCEUR
Effets bénéfiques sur la santé
Dans les années 1990, une étude de l'Université du Maryland aux États-Unis a révélé les bienfaits des acides gras du groupe Oméga-3 dans le cadre de régimes déficients ou carencés. En effet, il a été mis en avant que la dose quotidienne d'un régime européen était entre 1 et 2 grammes par jour, alors que les Oméga-3, acides gras essentiels, sont nécessaires à la construction de la membrane cellulaire et des tissus du cerveau chez l'enfant. Il apparaît que les Oméga-3 limitent les accidents vasculaires. Il sont donc proposés en complément lors de la prévention des infarctus du myocarde.
Contrairement à une idée répandue, les bienfaits sont donc essentiellement dus au manque relatif d'Oméga-3 dans l'alimentation, ou plutôt le manque d'Oméga-3 a des effets négatifs.

Les études prouvant le bénéfice d'un supplémentation en Oméga-3 sont en faite rares : la plupart étudie l'influence riche en ce produit mais d'autres facteurs peuvent influencer les résultats (richesse en fibres, en vitamines...). L'étude GISSI IV, publié en 1999, montre qu'une supplémentation artificielle en Oméga-3 (sous forme de gélules) chez des patients ayant fait un infarctus du myocarde récent, diminue sensiblement la mortalité de ces derniers. achat produit minceur
Risques connus ou suspectés des Oméga-3
Bien qu'on prête souvent aux Oméga-3 des vertus souvent exagérées, il a été prouvé que l'excès d'Oméga-3 peut provoquer :
- des problèmes de coagulations, proche de l'hémophilie ;
- des possibilités accrues d'hémorragie ;
- des taux plus élevés de cholestérol LDL, parfois grossièrement appelé "mauvais cholestérol" ac
- une baisse de la glycémie, surtout chez les diabétiques ;
- une baisse des réponses immunitaires et inflammatoires.
Pour ces raisons, la FDA (Food and Drug Administration) recommande une consommation minimum de 2 g par jour, maximum de 3 g par jour.


.